Real Estate Madagascar
Agence Immobilier DIANA
Agence Immobilier Majunga
Agence Immobilier Sainte Marie

Mariage mixte à Madagascar

Mariage mixte à Madagascar.

Mariage mixte à Madagascar.

Par: Agence immobilier nosybe.

Mariage mixte à Madagascar

Mariage mixte à Madagascar.

Mariage mixte à Madagascar. Du fait de la différence de culture et des singularités des démarches administratives dans les pays d’origine des futurs mariés, il est nécessaire de s’informer des démarches à suivre avant de se lancer dans un mariage mixte.

Après la publication des bans – en moyenne dix jours – et l’obtention d’un certificat d’aptitude au mariage, le mariage civil peut être célébré dans la mairie où résident les futurs époux. Après la délivrance de l’acte, il est recommandé de transcrire le document délivré par la mairie. Ce n’est que lorsque la transcription de l’acte de mariage est validée par les autorités administratives du pays d’origine de l’époux étranger que le conjoint malgache pourra effectuer une demande de visa à titre de regroupement familial. En ce qui concerne le conjoint de nationalité étrangère, la carte de résident malgache n’est délivrée qu’après deux ans de vie commune.

Sur la Grande Ile, le mariage mixte tend à devenir de plus en plus courant. Avant de franchir le pas, il est toutefois nécessaire de prendre certaines précautions afin d’assurer la réussite de l’union. Outre la transcription de l’acte de mariage, la vérification du cru est aussi une démarche incontournable.

Le Certificat d’Aptitude au Mariage.

Le Certificat d’Aptitude au Mariage ou CCAM et une des pièces maîtresses du dossier à établir pour la célébration d’un mariage mixte. La demande de ce certificat s‘effectue auprès du Consulat du pays d’origine du ressortissant étranger.

Une audition des deux futurs époux est réalisée par l’agent consulaire au moment du dépôt dossier. Si le conjoint étranger est de nationalité française, la délivrance du certificat se fait deux à quatre mois après la demande.

À noter que l’agent consulaire n’étudie la demande que si toutes les pièces administratives requises sont incorporées dans le dossier.

Les autres documents administratifs requis.

Un formulaire comportant les renseignements personnels leur concernant doit être rempli par chaque membre du couple. Un certificat médical prénuptial visé par les autorités consulaires et un document spécifiant le régime matrimonial choisi sont à intégrer à la demande. A noter que ce certificat doit être visé par un notaire.

Pour le (la) future époux(se) de nationalité étrangère, une copie de l’acte de naissance (datant de moins de 3 mois), un justificatif spécifiant la nationalité de la personne (carte d’identité nationale ou carte consulaire) et un justificatif de résidence sont à fournir.

Pour le futur conjoint de nationalité malgache, une copie de l’acte de naissance traduite dans la langue nationale du futur conjoint non-résident, un justificatif de domicile, un certificat de célibat et une photocopie de la carte d’identité nationale malagasy sont à inclure dans le dossier.

Selon la commune où le mariage civil sera célébré, d’autres documents peuvent être requis.

Procédures liées au mariage mixte.

Pour qu’un mariage mixte puisse être célébré dans une mairie malgache, il est impératif que l’un des membres du couple soit résident. À noter qu’en ce qui concerne la législation français, les couples présentant une différence d’âge de 40 ans ne sont pas autorisés à se marier.

Le dépôt du projet de mariage auprès du consulat du ressortissant étranger est la première démarche à suivre pour les couples mixtes souhaitant se marier à Madagascar. Après le dépôt du projet, les deux personnes concernées sont convoquées par le consulat (ensemble ou individuellement) en vue de procéder à une enquête de moralité.

Cette précaution est prise par les autorités consulaires pour détecter un éventuel mariage blanc. Certains couples recourent en effet à cette pratique uniquement pour obtenir la nationalité de leur conjoint.

Ce n’est qu’après l’audition menée par le consulat que les procédures d’élaboration du certificat d’aptitude au mariage sont entamées. Après l’acquisition de ce document, les deux futurs époux publient leurs bans dans la mairie rattachée au lieu de résidence du conjoint malgache et dans le consulat de son pays d’origine pour le ressortissant étranger. La publication des bans dure en moyenne une dizaine de jours.

Après la réception d’un certificat de non-opposition provenant de la commune d’origine du futur conjoint non-résident, la mairie malgache peut célébrer le mariage civil. À l’issue de la cérémonie, un livret de famille est délivré par le Maire. Pour que l’acte de mariage soit validé par les autorités administratives du pays d’origine du ressortissant étranger, il est impératif de le transcrire.

Transcription de l’acte de mariage et autres précautions à prendre.

La transcription de l’acte de mariage est une démarche cruciale. Cette procédure consiste à transcrire l’acte de mariage délivré à Madagascar sur les registres des mariages du pays d’origine du conjoint non-résident.

Pour constituer le dossier, un formulaire de demande de transcription dûment rempli, une copie de l’acte de mariage original et un acte de mariage traduit dans la langue maternelle de l’époux(se) de nationalité étrangère sont requis.

Une copie intégrale de l’acte de naissance des deux époux, une copie du passeport du conjoint étranger, une photocopie certifiée du contrat de mariage signé devant un notaire, les certificats de célibat des deux époux avant le mariage et les copies des actes de naissance des enfants du conjoint non-résident sont également nécessaires.

À noter qu’avant d’entamer les démarches administratives du mariage civil, il est primordial de s’assurer de la sincérité de la relation entre les deux personnes concernées. En effet, il n’est pas rare qu’une femme malgache s’engage dans un mariage mixte uniquement par intérêt. Ainsi, il est du ressort de son compagnon Vazaha de mener une petite enquête si nécessaire.

Pour éviter les mauvaises surprises, il est aussi préférable que le futur époux s’informe auprès de l’entourage de sa compagne pour s’assurer que celle-ci ne lui cache pas l’existence d’un enfant né d’une relation antérieure. Cette pratique est fréquemment rencontrée dans certaines régions de la Grande Ile. Dans la plupart des cas, lorsque les filles-mères ambitionnent de se marier avec un Vazaha, elles confient leur enfant aux grands parents ou à un proche parent.

En bref, il recommandé de redoubler de vigilance et de vérifier la sincérité de la relation avant d’entamer toute démarche liée au mariage civil. Une fois que l’union est scellée, la transcription de l’acte de mariage est une procédure à ne pas négliger pour faciliter les démarches administrative ultérieures dans le pays d’origine de l’époux non-résident.

Mariage mixte à Madagascar. Agence Immobilière Nosybe.

Si cet article vous a plu, cliquez sur J'aime.